Musées et art

Portrait de Valerie Neutzel, Egon Schiele, 1912

Portrait de Valerie Neutzel, Egon Schiele, 1912

Portrait de Valerie Neutzel - Egon Schiele. 110x140cm

L'artiste a réalisé le portrait de sa jeune amante, muse et associée Valérie Neutzel à sa manière habituelle, inspirée du travail des post-impressionnistes, en particulier Van Gogh. L'attention du spectateur est concentrée sur les yeux grands ouverts du modèle. Naïfs, sans défense, en revanche, expérimentés, tristes, pas des enfants. La complexité de la nature, l'excentricité de la personnalité, l'incohérence - révèlent à ces yeux la diversité de la personnalité de Valérie, sa signification pour l'artiste.

Visage délibérément laid, traits grossiers, maquillage au bord de la décence. À chaque coup, on devine un désir insistant de paraître plus âgé que son âge.

Derrière un œil bleu, on devine le sort difficile de la fille, l'abondance des événements, des tragédies et des pertes les plus incroyables.

L’abondance de couleur blanche dans l’œuvre est la tentative de l’auteur de justifier le passé difficile du modèle, de l’idéaliser et de tout nettoyer. Seuls les points écarlates fragmentaires indiquent la passion et les vices: lèvres, bord intérieur de la casquette, etc.

La tenue monastique du mannequin entre en conflit avec les cheveux roux ardents, l'inclinaison sensuelle de la tête. Le conflit prend tous les signes d’une provocation si caractéristique de nombreuses œuvres du maître.

Malgré le caractère provocateur de l'œuvre, l'atmosphère du portrait est très émouvante et sincère. Esthétiquement, le portrait fait écho aux Harlequins et Piero Picasso. Agir, faire semblant, agir, se mêle à une subtile soulfulness, naïveté et sans défense.


Voir la vidéo: EGON SCHIELE. The Jubilee Show. Leopold Museum (Décembre 2021).